Reconnaître une apnée du sommeil

L’apnée du sommeil se caractérise par une interruption de la respiration, ou une diminution du flux respiratoire (on parlera dans ce cas d’hypopnée). Plusieurs formes de ce trouble existent, plus ou moins sévères. Diverses causes peuvent être identifiées, un test du sommeil est dans ce cas nécessaire. Certains signes peuvent alerter avant même un examen approfondi.

 

 

Des symptômes courants

Tout d’abord, ces apnées du sommeil se manifestent en premier lieu la nuit, durant une phase de sommeil longue. Certains signes accompagnent ce trouble du sommeil : ronflements, étouffements ou pauses respiratoires, éveil multiples ou insomnies, sueurs nocturnes et/ou agitation. Ces symptômes alertent souvent l’entourage, le (ou la ) conjoint(e), et sont souvent l’élément déclencheur menant à une consultation, le dormeur concerné n’en étant pas toujours conscient, ou y prêtant moins d’attention.

Tous les ronfleurs ne font pas automatiquement d’apnées du sommeil. Ils seraient environ 40% à manifester ce trouble. Mais 95% des patients chez qui des apnées ont été identifiées sont des ronfleurs. Ce symptôme doit donc questionner.

 

Les facteurs de risque

La première cause d’apnée du sommeil est l’excès de poids (du surpoids à l’obésité). En France, 15% de la population étant obèse, l’apnée du sommeil est véritablement devenue un problème de santé publique. Néanmoins, des personnes dans leur poids de forme peuvent aussi connaître des épisodes d’apnée du sommeil. Dans ce cas, le trouble est le plus souvent provoqué par des anomalies anatomiques, notamment des rétrécissements des voies aériennes.

Le mode de vie peut également être une cause prépondérante (consommation d’alcool, de tabac…). Certaines pathologies endocriniennes peuvent également être incriminées.

Notons également que les hommes ont tendance à être davantage touchés que les femmes.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le sommeil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.