Qu’est-ce que le sommeil profond ?

Lorsque nous évoquons le sommeil, nous parlons souvent des différentes phases qui le composent : le sommeil paradoxal, d’une part, et le sommeil profond, d’autre part, sont les deux grandes phases distinctes. Souvent, nous avons tendance à insister sur le rôle essentiel du sommeil profond dans l’équilibre de nos nuits. En voici les raisons…

 

 

Ralentissement des rythmes

Le sommeil profond correspond à une phase du sommeil lent qui précède l’entrée dans le sommeil paradoxal. Il est caractérisé par une baisse de l’activité physique et cérébrale. Cette phase a une durée moyenne de 60 à 75 minutes. Pendant cette période, les muscles se relâchent afin de permettre au corps d’utiliser le moins d’énergie possible. Ce processus permet également une diminution progressive de la température du corps, ainsi que du rythme cardiaque et respiratoire.

Parallèlement, l’activité cérébrale décroit. C’est pour cette raison que le sommeil profond peut être également appelé « sommeil calme à ondes profondes », car les ondes électriques du cerveau ralentissent pour donner un rythme plus calme.

 

Sommeil profond et très profond

Nous l’avons vu, le sommeil profond se caractérise par un ralentissement de l’activité cérébrale Il est aussi marqué par le fait que le dormeur ne se réveillera plus à cause des stimulations extérieures (signe de sommeil profond efficace).

Après le sommeil profond survient le sommeil très profond, tout aussi important. Durant cette phase, le corps et le cerveau sont au repos. Le corps constitue sa réserve d’énergie pour la journée suivante, ce qui permet normalement une réelle récupération physique.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le sommeil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.