Nous dormons moins bien ailleurs que dans notre lit

Nous avons tous cette expérience en tête : un week-end chez des amis, l’occupation provisoire d’un couchage qui n’est pas le nôtre…avec pour conséquence une petite nuit, voire une véritable insomnie caractérisée. Ce schéma assez classique est plus naturel qu’il n’y paraît et nos habitudes pantouflardes n’en sont pas toujours l’unique cause.

 

 

Le phénomène de l’hyper vigilance

Tous les individus ne seront pas aussi sensibles à ce phénomène, mais quitter son cocon peut être vécu comme une véritable rupture dans notre confort quotidien. L’angoisse des draps qui grattent, l’inconfort d’une literie inconnue, l’environnement inadapté à une nuit optimale n’en seront pas forcément les véritables causes, mais la conséquence sera souvent la même : une mauvaise nuit, souvent au mieux un sommeil très léger. L’explication est en fait très simple, et finalement assez naturelle : l’origine de cette gêne provient de l’hémisphère gauche de votre cerveau.

«Cette partie capte le moindre changement. Le lieu, la literie ou encore les odeurs qui diffèrent, perturbent la mécanique du sommeil», explique Céline Martinot, médecin du sommeil. Les conséquences ne se font pas attendre. «L’hémisphère gauche se met en hyper vigilance. On relève alors le moindre bruit, et c’est cela qui empêche de dormir. C’est un réflexe archaïque, hérité de nos ancêtres quand ils étaient susceptibles de se faire attaquer par des animaux ou par d’autres hommes durant la nuit», précise le médecin du sommeil.

 

Des week-ends gâchés en perspective ?

Pas d’inquiétude pour votre week-end entre amis et d’éventuels coups de fatigue…notre cerveau est tellement bien fait que cet état d’hyper vigilance subsiste de longues heures, tant qu’il n’a pas intégré totalement ce nouvel environnement « inhospitalier ». Par contre, le surlendemain (et oui, souvent pour la reprise de la semaine), le cerveau retrouve sa routine et les effets de la fatigue liés à cette dette de sommeil se feront plus nettement ressentir.

D’après le médecin du sommeil, quelques petites astuces vous permettront de ne pas vous gâcher ces précieux week-ends. L’habitude devrait tout d’abord vous permettre de diminuer cet état de vigilance. Puis, il vous suffit d’alléger cette sensation de changement au maximum, en emmenant par exemple votre oreiller, ou votre pyjama de la veille.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le sommeil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.