Notre manque de sommeil nuit à notre travail

Le sommeil est vital, nous le savons et nous ne pouvons nous en priver. Nos modes de vie contemporains tendent pourtant à réduire notre temps de repos au profit de journées à rallonge, souvent dédiées au travail. Cela a des conséquences directes sur notre santé, mais aussi sur notre efficacité à exercer nos tâches quotidiennes. Les travailleurs français semblent concernés en premier lieu.

 

 

Le manque de sommeil des français nuit à leur efficacité

C’est ce qu’affirme une enquête réalisée par une un groupe professionnel de l’intérim. En se penchant sur un très large panel de travailleurs inscrits dans ses fichiers, l’agence Qapa en a tiré des conclusions intéressantes. Pour commencer, nos débuts de journée semblent difficiles : 61% des femmes et 69% des hommes interrogés affirment ne pas se sentir parés à affronter une journée de travail après le lever. Résultat, 54% des sondés avouent ressentir en journée des épisodes fréquents allant de la somnolence à la véritable envie de dormir.

Malgré cela, les français continuent de repousser l’heure du coucher : près d’un tiers des personnes interrogées ont pour habitude de se coucher entre 23h et minuit. 20% dépassent minuit, quand seulement 13% indiquent se coucher entre 21h et 22h.

 

La sieste et une meilleure literie comme solutions ?

Pourtant, d’après cette enquête, les français ont pleinement conscience du lien étroit entre leur efficacité au travail et la qualité de leur sommeil. Un peu plus de la moitié des sondés estime que leur travail est «souvent altéré par un manque de sommeil». Ils admettent même dans certains cas (pour près de 60% tout de même) commettre des erreurs imputables à leur fatigue.

Si on les interroge sur les solutions possibles pour améliorer leur sommeil, ils sont 58% à croire que la sieste au travail pour être un remède. Ce pourcentage est par ailleurs plus élevé chez les hommes (66%) que chez les femmes (49%). En parallèle, 66% des personnes interrogées pensent que la qualité de leur matelas pourrait être une des causes possibles de la qualité de leur sommeil.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le sommeil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.