Notre cerveau trouvera toujours un moyen de dormir

Le sommeil est indispensable, et notre corps a d’innombrables façons de nous le faire savoir, que l’on en soit conscient ou non. Même si les mécanismes complexes du sommeil recèlent encore de nombreux mystères, les études sont toujours arrivées à la conclusion qu’excepté dans de rares et extraordinaires cas, notre cerveau ira chercher les parcelles de sommeil dont il a besoin.

 

 

Le cerveau, maître du sommeil

« Le sommeil est tellement indispensable que le cerveau va toujours trouver un moyen de dormir, qu’on le veuille ou non. Si on reste éveillé trop longtemps, le cerveau ne va pas nous donner le choix et va s’endormir de façon anarchique » nous explique Thomas Andrillon, chercheur en neurosciences. « C’est d’autant plus gênant que le sommeil est aussi fonction de l’utilisation qu’on a faite de notre cerveau à l’éveil », ajoute-t-il.

En effet, par exemple, si notre activité la plus éprouvante de la journée a été une activité motrice, c’est le cortex moteur qui va être plus fatigué que le reste et qui, par conséquent, aura une chance plus grande de s’endormir à cause de son besoin naturel de récupération. De la même façon, si ce sont des tâches de prise de décision qui ont été mises en œuvre durant la journée, ce sera le cortex préfrontal qui sera fatigué en premier et qui va commencer à ralentir. Les conséquences peuvent être diverses, mais notre cerveau aura toujours raison de notre état d’éveil.

 

Un cerveau partiellement endormi

Les recherches du neuroscientifique Thomas Andrillon ont mis en lumière l’idée que le sommeil pouvait être « local » : « Une partie du cerveau peut se réveiller quand on est endormi, et une partie du cerveau peut s’endormir quand on est réveillé » nous détaille-t-il.

Nous avons tous eu la sensation, lors d’un épisode de grande fatigue, d’éprouver des difficultés à réfléchir, ou à exécuter certaines tâches sur lesquelles nous sommes habituellement à l’aise. C’est tout simplement le signe que la partie de notre cerveau responsable de ces actions exige du sommeil afin de récupérer. Une preuve supplémentaire qu’écouter son corps reste encore la meilleure thérapie du sommeil.

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le sommeil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.