Dormir…pour nettoyer votre cerveau

De la plus imposante à la plus microscopique, toutes les espèces animales éprouvent le besoin de dormir. Les chercheurs en ont conclu très simplement qu’il s’agissait donc d’une fonction vitale. C’est en effet le cas, et parmi tous les bienfaits du sommeil, l’une d’entre elles est particulièrement importante chez l’homme : « nettoyer » son cerveau.

 

 

Evacuer les « déchets » de la journée

Une équipe de chercheurs de l’université de Rochester (New York) a mené une étude sur l’intérêt fondamental du sommeil. Grâce à de nouvelles formes d’imagerie, les tests réalisés sur le cerveau de souris ont permis de mettre en évidence l’accumulation d’intenses activités neuronales durant l’éveil. Parallèlement, pendant les phases de sommeil, le cerveau utiliserait une sorte de réseau appelé système glymphatique chargé d’évacuer les toxines de la même manière que le fait le système lymphatique quand il élimine les déchets cellulaires de l’organisme. Les chercheurs ont observé que ce système glymphatique était 10 fois plus actif lorsque les souris étaient endormies.

Ils ont également constaté que l’espace inter-neuronal augmentait de 60% pendant le sommeil, permettant ainsi de faciliter l’évacuation des déchets grâce au liquide céphalo-rachidien à travers les tissus, pour le renvoyer purifié de ses déchets évacués vers le foie.

 

Une fonction vitale pour le cerveau

D’après les scientifiques, cette fonction ne pourrait pas se dérouler lorsqu’on est éveillé, comme l’explique le Dr Nedergaard : « Il semble que le cerveau perde beaucoup d’énergie en pompant l’eau à travers le cerveau et c’est probablement incompatible avec le traitement d’informations ».

Les scientifiques insistent sur l’importance d’un tel processus, en s’appuyant notamment sur le fait que presque toutes les pathologies neurodégénératives sont liées à une accumulation de déchets cellulaires. Cette découverte revêt donc un immense intérêt dans la recherche de maladie comme l’Alzheimer, par exemple.

Pour la spécialiste du sommeil à la Surrey University, le Dr Raphaelle Winsky-Sommerer : « Cela montre une fois de plus que le sommeil peut contribuer à la restauration de la fonction des cellules du cerveau et peut avoir des effets protecteurs ».

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le sommeil, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.